Les XIèmes Rencontres
Raymond Abellio

Seix (Ariège)
20 - 22 juin 2014





Abellio structure absolue
Le thème : KRISIS

Il y a un demi-siècle, Raymond Abellio mettait au point une méthode qui permet de baliser le déploiement vécu de toute pensée et réflexion. Il l'a développée dans son ouvrage majeur, La structure absolue (Gallimard, Paris, 1965), dans les domaines de l’ontologie, de la théologie, de l’anthropologie, de la dynamique des fonctions sociales, de l’éthique et de l’esthétique. La structure absolue est une phénoménologie inspirée d'Edmund Husserl. Elle propose un modèle dynamique et génétique applicable à tous les niveaux de réalité et qui s'appuie sur la logique de la double contradiction croisée.

Par le choix de krisis comme thème de ces Rencontres 2014 nous proposons d'interroger la pensée d'Abellio sur les crises contemporaines mais aussi sur les formes d'intensité critique qui peuvent apparaître dans la pensée, dans l'action, dans l'intuition....

Krisis, étymologie grecque de notre mot crise, dérive d’un verbe signifiant séparer, discerner, trier. Dans son essence, toute crise est un moment décisif (critique), de basculement d’un état à un autre, c’est la séparation mais aussi le lien entre deux situations, l'une antérieure, l'autre postérieure à la crise.

Mutation plutôt qu’évolution progressive, krisis est émergence et surtout révélation c’est-à-dire apocalypse. La crise peut être spirituelle, gnostique, philosophique, épistémologique, sociale, politique, économique, historique, individuelle, collective, communielle.

Abellio, qui fait souvent usage, en particulier dans Assomption de l’Europe, du terme « crise », nous semble plus proche de l’esprit antique de la krisis comme vertu positive que de sa traduction contemporaine qui a une forte dénotation négative.

Dès lors, ce que désigne krisis peut-il nous éclairer sur la pensée gnostique d’Abellio et sur sa lecture du moment contemporain ? Quant à cette pensée elle-même, qu’apporte-t-elle de pertinent, non seulement pour comprendre telle situation particulière, mais aussi sur un plan anthropologique de l’individu, des collectifs et des rapport qu’ils entretiennent ?

Enfin, si la krisis peut être appréhendée comme une modalité fondamentale englobant toute crise particulière, se pose aussi la question de la possibilité d’un modèle universel permettant d’expliquer la raison d’être, le sens et la fin des crises. Qu’en est-il à ce sujet du modèle de la structure absolue ?


Abellio structure absolue gnose philosophie | accueil | contact | imprimer | plan du sitementions légales |